COVID-19

Retrouvez ici toutes les mises à jour quotidiennes concernant la situation en lien avec la COVID-19.

Le 17 juin 2020

Communication de nos partenaires

SAAQ

Voici la réponse reçue de la SAAQ en lien avec la reprise des activités en clinique.

CNESST

Retrait de l’application autonome (message de la CNESST)

Nous souhaitons vous informer que, tel que prévue et communiqué précédemment, l’application Physio-Ergo CNESST ne sera plus disponible pour échanger avec la CNESST et ce, à partir du 1er juillet 2020. À cet effet, voici le message qui sera mis sur le site web de la CNESST pour informer les cliniques privées de physiothérapies et d’ergothérapie.

Veuillez prendre note que, tel qu’annoncé en 2019, l’application Physio-Ergo CNESST ne sera plus disponible pour les cliniques privées, et ce, à partir du 1er juillet 2020 inclusivement.

Les cliniques sont invitées à communiquer avec un des 4 fournisseurs identifiés afin de pouvoir poursuivre les échanges électroniques avec la CNESST. Ceux-ci disposent tous d’une version gratuite qui prend en charge ces échanges.

Le 20 mai 2020

Le gouvernement du Québec a annoncé la reprise des soins de santé privés à compter du 1er juin

Communiqué de presse du 20 mai du Québec

Liste des activités économiques autorisées

Voici des liens utiles pour la reprise clinique :

Trousse d’outils pour le secteur des soins thérapeutiques – CNESST

Recommandations intérimaires concernant les soins thérapeutiques en cabinet privé

Le 7 mai 2020

L’AQEPP a été sollicitée par la CNESST pour commenter le Guide des normes sanitaires en milieu de travail pour le secteur des soins thérapeutiques. Nos commentaires ont été remis à la CNESST cette semaine et nous vous le partagerons lorsqu’il sera disponible.

L’OEQ a récemment mis à jour les critères d’urgence pour la clientèle qui n’a pu être vue en clinique depuis la mi-mars. Nous vous invitons à consulter la fiche thématique sur les ergothérapeutes dans le secteur privé ainsi que celle sur la télépratique en ergothérapie

Suite à ces publications, nous avons adressé quelques questions que voici afin de préciser certains éléments :

« Ainsi, l’OEQ invite tous ses membres œuvrant dans le secteur privé à examiner la pertinence de procéder à une réévaluation de la condition de leurs clients préalablement jugés non urgents afin de voir si leur situation se qualifie dorénavant d’urgente. » 

 Q : J’en comprend que cette réévaluation de la condition de leurs clients peut se faire en clinique? Car certains clients ont refusé (pour diverses raisons) ou n’ont pas accès une prise en charge via la téléréadaptation, il serait donc impossible de réévaluer ces clients si ce n’est en présentiel.

 R : Il est effectivement possible que cette réévaluation ne soit possible qu’en présentiel. Selon son jugement clinique, l’ergothérapeute pourrait demander au patient de se présenter en clinique mais si une réévaluation via la téléréadaptation est possible elle devrait néanmoins être privilégiée.

« Les éléments à prendre en considération dans le cadre de cette réévaluation sont les mêmes que ceux fournis le 24 mars derniers, auxquels s’ajoutent les deux éléments suivants :

  • la présence de signes imminents de détérioration de la condition ou de risque de complications;
  • la présence de facteurs psychosociaux contribuant au risque de chronicisation de la condition.

Dans l’éventualité où, au terme de la réévaluation, l’ergothérapeute venait à la conclusion que la situation d’un client est dorénavant considérée urgente, celui-ci devra s’assurer de pouvoir respecter les conditions émises le 24 mars dernier, notamment eu égard aux mesures d’hygiène et de prévention, avant de rendre des services en présentiel à ce dernier. »

Q : Il est fait mention de risques imminents de détérioration de la condition, j’en conclus que les clients chez qui nous observons déjà une détérioration seront donc considérés urgents (selon le jugement du professionnel bien sûr)?  Les ergo devront bien entendu documenter les éléments qui font en sorte que la situation est considérée urgente et justifie un suivi en clinique plutôt que via téléréadaptation, ou en parallèle avec celle-ci.

 R : Il est effectivement possible que l’ergothérapeute, le médecin ou tout autre professionnel impliqué auprès du client ait constaté une détérioration de sa condition ou un risque imminent de détérioration si une intervention en présentiel n’est pas réalisée. Bien entendu, l’ergothérapeute devra documenter les éléments cliniques qui font en sorte que ce cas a été considéré urgent en fonction des critères énoncés.  

 Nous avons d’ailleurs reçu l’information que pour divers motifs (éclosion, délestage, etc…) plusieurs cas urgents qui étaient traités en milieux hospitaliers sont dirigés en clinique privée et ces cas entrent également dans cette catégorie.

À retenir :

  • L’ergothérapeute doit être en mesure de justifier son raisonnement clinique selon les critères définis
  • L’ergothérapeute doit documenter son raisonnement à sa tenue de dossier

SONDAGE OEQ

Nous vous remercions d’avoir répondu en grand nombre au sondage face à la disponibilité des ergothérapeutes pour offrir des services auprès des professionnels de la santé pour soutenir leur santé mentale. Les informations ont été transmises aux différents CIUSSS pour la mise en place des services.


Le 20 avril 2020

La SAAQ souhaite transmettre ce message aux ergothérapeutes : 

En raison de la situation exceptionnelle qu’entraîne la COVID-19, la Société a mis en place des mesures préventives afin d’assurer la sécurité de ses clients, de ses partenaires et de ses employés, tout en permettant à ses clients de poursuivre leur traitement quand c’est possible.

À cet égard, la Société rembourse, jusqu’au tarif maximum prévu en clinique, les télétraitements et les téléconsultations administrés, dans la mesure où ceux-ci respectent les règles de votre ordre professionnel et que la situation et la condition de nos clients s’y prêtent.

Afin d’assurer un suivi des traitements administrés par télétraitements et téléconsultations, vous devez indiquer sur votre facture, télétraitement ou téléconsultation lorsque c’est le cas.

Par ailleurs, pour accélérer le traitement de vos factures, nous vous invitons à utiliser les services en ligne à l’adresse suivante :

https://saaq.gouv.qc.ca/services-en-ligne/intervenants-externes/envoi-documents/

Pour votre information, les factures reçues par télécopieur seront également traitées, mais leur traitement, dans le contexte actuel, génère des délais.

Pour toute question liée à la COVID-19, consultez notre foire aux questions.

Merci de votre collaboration,
Carole-Ann Slater pour : Maryse Chabot, Directrice

Également, Sunlife confirme que l’ergothérapie en traitement virtuel est également offert lorsque inclue dans la couverture d’assurance initiale. L’ergothérapie sera inclue prochainement sur leur plate-forme de recherche de fournisseur Lumino Santé. Vous serez avisés lorsque l’option sera disponible. 

———————————————————–

Le 31 mars 2020

L’OEQ a précisé les critères en lien avec l’évaluation des urgences en ergothérapie et sur l’ergothérapie à distance. 

Tel que précisé par l’Ordre, n’oubliez pas de tenir à jour vos dossiers en fonction des actions faites auprès de vos clients (cessation de suivi, évaluation des risques de suspendre les suivis, poursuite des suivis en téléréadaptation, etc.) :

«Note aux dossiers : N’oubliez pas de documenter au dossier de vos clients chaque décision prise quant au suivi ou à l’interruption des services et les motifs qui sous-tendent votre décision, ainsi que tout échange y afférent avec votre client.»

Le remboursement des services en téléréadaptation par les tiers payeurs est également décrit selon le référent. 

—————————————————————————————-

Le 24 mars 2020

CNESST

Nous avons tenté d’avoir des précisions de la CNESST sur le remboursement des traitements faits par téléphone. La réponse obtenue nous réfère à l’information de la CNESST du 16 mai avec de légères précisions que nous vous recopions ici :

« La CNESST encourage tous les travailleurs à reporter leur rendez-vous non essentiels ou non urgents à une date ultérieure.

Compte tenu des interventions gouvernementales et des préoccupations globales de la société, la CNESST convient que durant la période d’alerte, le travailleur qui ne se présente pas à ses traitements, soins ou rendez-vous d’expertise médicale ou au bureau d’évaluation médicale pour le motif de coronavirus sera relevé de son obligation.

Ainsi, l’absence pour le motif de coronavirus est considérée comme une raison valable, et les indemnités de remplacement du revenu seront maintenues.

Toutefois, les travailleurs concernés, dans la mesure du possible, doivent annuler leurs rendez-vous au moins 24 heures à l’avance. La CNESST ne rembourse pas les frais d’annulation demandés par l’établissement dispensant le service médical lorsqu’un travailleur ne se présente pas à un rendez-vous.

De plus, pour les traitements ou consultations à distance, la CNESST acceptera, lorsque la situation et la condition des travailleurs et des travailleuses s’y prêtent, que ceux-ci bénéficient de télétraitements ou de téléconsultation dans la mesure où celles-ci respectent les règles des ordres professionnels.

Pour la signature du registre des présences, il est recommandé aux cliniques et aux intervenants qui dispenseront ce type de traitement d’obtenir du travailleur qui en bénéficie un courriel confirmant sa participation à une telle séance. »

Suite à cette réponse, nous avons communiqué avec l’OEQ qui nous confirme que l’intervention par téléphone est considérée comme une modalité respectant les règles de pratique de l’ordre en matière de téléréadaptation. L’OEQ fait actuellement des représentations auprès de la CNESST afin que leur position favorable envers l’intervention par téléphone soit bien connue de la CNESST.

CONSIDÉRATIONS DÉONTOLOGIQUES EN LIEN AVEC LA TÉLÉRÉADAPTATION

Nous avons eu une conversation très productive avec madame Isabelle Sicard de l’OEQ ce matin.  Le ton de cette conversation s’est voulu conciliant et rassurant.

En effet, celle-ci nous mentionnait que le personnel de l’OEQ est conscient que nous traversons une situation sans précédent. Bien que la préoccupation de l’ordre demeure la protection du public, actuellement celle-ci passe par le maintien de l’accessibilité aux soins. Il faut comprendre que la notion de règle de l’art doit prendre en compte l’aspect particulier de la situation actuelle et qu’aucun guide n’a été conçu en fonction d’une pandémie. Une souplesse dans l’application de ces principes est donc tout à fait normale dans ce contexte et ce, pour le temps de la crise.

Plateformes pouvant être utilisées

Bien que l’utilisation de plateformes offrant un niveau supérieur de sécurité soit à privilégier, l’accessibilité à ces plateformes, la réticence de certains clients à les utiliser ou une difficulté de leur part à y accéder peut amener à des choix alternatifs. Dans le contexte actuel, ces choix peuvent parfois être la seule option de suivi pour le client et devient acceptable si le client est bien informé des risques inhérents à la plateforme choisie.

Le client doit alors être en mesure de fournir un consentement éclairé. À ce sujet, un consentement écrit n’est pas nécessaire dans les circonstances actuelles. En effet, la situation rend difficile d’obtenir un consentement écrit dans le respect des consignes de santé publique actuelles. Ce n’est pas tous les clients qui sont suffisamment à l’aise ou équipés pour nous fournir un consentement écrit de leur domicile. Dans les circonstances, un consentement verbal bien documenté dans vos notes au dossier est acceptable selon la conversation que j’ai eu avec Mme Sicard ce matin.

Retrouvez la mise à jour de l’OEQ de ce jour 

———————————————————–

Le 23 mars 2020

Nous avons eu des précisions de la SAAQ«En raison de la situation exceptionnelle qu’entraîne la COVID-19, la Société de l’assurance automobile du Québec (Société) a mis en place des mesures préventives afin d’assurer la sécurité de ses clients, de ses partenaires et de ses employés.Ainsi, pour favoriser la poursuite des traitements de ses clients, lorsque leurs situations et leurs conditions s’y prêtent, la Société accepte de rembourser les télétraitements ou les téléconsultations auprès de professionnels de la santé, dans le respect des règles de leurs ordres professionnels, jusqu’aux tarifs maximums prévus pour les consultations en clinique.

Nous vous demandons de bien vouloir transmettre cette information à vos membres.Prenez note qu’une foire aux questions sur le site Internet de la Société est mise à jour régulièrement pour vous permettre de trouver réponse à vos questions.»
  Aussi, nous avons reçu une précision de Anciens combattants Canada (ACC) ce matin :
«Lignes directrices pour services d’ergothérapie en santé mentale via télésantéLa télésanté pour évaluations et traitements d’ergothérapie en santé mentale pour les vétérans sera considérée si les trois critères suivant sont remplis:1. Une évaluation ou un plan de traitement ergothérapique en santé mentale a été approuvé précédemment par ACC; et2. Le plan de télésanté ergothérapique a été discuté avec l’ergothérapeute d’ACC; et3. Ce plan est enligné avec les lignes directrices de télésanté de la pratique de réglementation en ergothérapie.Les nouvelles demandes pour services de santé mentale en ergothérapie seront aussi considérées si elles s’enlignent avec les critères ci-dessus.»

—————————————————–

Le 20 mars 2020

Nous poursuivons nos démarches auprès des tiers payeurs et assureurs pour répondre à vos questions.

CNESST

Nous avons obtenu les informations suivantes qui peuvent vous être utiles :

Q : Pour les traitements donnés via télé-réadaptation, est-ce que la procédure pour le remboursement reste la même? (code de traitement, tarif, compte de soin). Est-ce que l’impossibilité d’obtenir une signature en personne pour le registre de présence sera prise en compte?

        R : La procédure reste la même. Pour la signature du registre des présences, nous recommandons aux cliniques et aux intervenants qui dispenseront ce type de traitement d’obtenir du travailleur qui en bénéficie un courriel confirmant sa participation à une telle séance.

 Q : Considérant que plusieurs cliniques sont fermées ou à effectifs réduits, ce qui rend plus difficiles les changements informatiques, est-ce que le déploiement de la nouvelle solution numérique conserve les mêmes dates butoir?

         R : La CNESST prolongera la période de déploiement des logiciels de fabricants physio-ergo au-delà du 31 mars 2020. Ainsi, l’application               « Physio-ergo CNESST » restera disponible après le 1er avril 2020.

Selon l’évolution de la situation, des discussions auront lieu avec chacun des fabricants de logiciels afin d’identifier les modalités de poursuite du déploiement aux cliniques restantes.  La CNESST tiendra informé de l’évolution.

SAAQ

Nous demeurons toujours en attente d’une confirmation officielle que la télé-réadaptation sera acceptée.

ASSUREURS PRIVÉS

Voici les assureurs privés qui ont répondu favorablement pour la télé-réadaptation. Nous vous rappelons l’importance que celle-ci soit faite dans le respect des normes déontologiques de l’OEQ. 

  • Optima Santé Globale
  • Croix Bleue
  • La Capitale
  • Life Work
  • Humania
  • Sunlife 

RESSOURCES

Voici quelques ressources utiles :

Astuces Google pour votre profil entreprise

Liste de contrôle pour passer à travers une crise provenant de Alias Entrepreneur

Tableau des programmes d’aide aux travailleurs (MAJ 20 mars)

——————————————————————————————————————-

Le 18 mars 2020

La situation continue d’évoluer et nous surveillons les dernières avancées de près. Les dernières recommandations de santé publique étant très claires sur la distanciation appuient la position de l’OEQ de retarder les traitements non urgents d’ici le 30 mars.

Si votre clinique ne peut répondre aux consignes des autorités publiques, la directive est de ne pas poursuivre vos activités cliniques.

Aide financière 

Nous avons répertorié les différents Programmes d’aide aux travailleurs autonomes et aux entreprises dont nous prenons conscience. Ce document sera mis à jour régulièrement.

TÉLÉ-RÉADAPTATION

L’OEQ s’est positionné sur l’ergothérapie à distance suite aux différentes demandes.

Nous travaillons actuellement en collaboration avec des partenaires sur un document regroupant les données probantes et informations sur le télé-réadaptation.

Sachant les limites qu’impliquent de telles mesures, nous validons auprès des différents tiers payeurs s’ils couvrent les interventions faites via télé-réadaptation. Nous mettrons la liste à jour au fur et à mesure que nous obtiendrons de nouvelles informations

CNESST

La CNESST acceptera, lorsque la situation et la condition des travailleurs et les travailleuses s’y prêtent, que ceux-ci bénéficient de télétraitements ou de téléconsultations dans la mesure où celles-ci respectent les règles des ordres professionnels.

SAAQ

Nous sommes en communication avec la SAAQ qui nous informe qu’une position sera prise prochainement.

ANCIENS COMBATTANTS CANADA

Nous avons eu la confirmation officielle que les interventions via télé-réadaptation seront acceptés.

———————————————————

Le 17 mars 2020

La situation évolue rapidement et nécessite des ajustements.

Selon la Santé publique : «Au Québec, pour le moment, la propagation du coronavirus (COVID‑19) est sous contrôle, mais les prochaines semaines seront critiques. Le gouvernement prend donc toutes les mesures nécessaires pour freiner le plus possible la contagion.»   L’OEQ a également émis ses recommandations ce jour au sujet du Covid-19.   «Les dernières déclarations des autorités publiques préconisent d’éviter le plus possible les déplacements de l’ensemble de la population. De plus, à la suite de discussions interordres, dont celles de ce matin avec le Collège des médecins du Québec, le principe de distanciation sociale (espace minimal à respecter entre les personnes) est appelé à être appliqué de manière encore plus stricte par les professionnels. À la lumière de ces informations, l’OEQ vous communique une mise à jour des directives applicables aux ergothérapeutes.Pour les ergothérapeutes du secteur privé :

  • Afin d’éviter le plus possible les déplacements des personnes, il est recommandé de reporter tous les rendez-vous prévus d’ici le 30 mars que vous jugez non urgents.
  • Si votre milieu poursuit ses activités, vous devez vous assurer d’être en mesure de suivre les consignes des autorités publiques, notamment le respect des mesures de précaution en matière d’hygiène et d’asepsie, et de distanciation sociale. Cela peut donc vouloir dire, par exemple, de diminuer le nombre de patients, ou d’adapter votre horaire selon les besoins.
  • Finalement, si votre clinique ne peut répondre aux consignes des autorités publiques, la directive est de ne pas poursuivre vos activités cliniques.»

L’OEQ a également mis en place un forum de discussion pour soutenir les ergothérapeutiques dans ce contexte en lien avec le Covid-19.Communication avec la SAAQ   Nous sommes en communication avec la SAAQ afin d’avoir leur positionnement sur la couverture des interventions faites via téléréadaptation. Ils en sont actuellement à analyser cette possibilité et indiquent qu’ils nous reviendront rapidement.     Assurance-Emploi   FCPQ a préparé un guide pour l’assurance-emploi pour soutenir vos démarches en tant qu’employeur et employé en cas de cessation d’emploi en lien avec le Covid-19   ——————————————————————————————————————–

Le 16 mars 2020

L’OEQ a émis ses recommandations ce jour au sujet du Covid-19.

«Pour les ergothérapeutes du secteur privé :

  • Différentes organisations, dont certains ordres professionnels, ont communiqué des directives à l’effet de reporter les services pour les besoins jugés non urgents. Selon la compréhension de l’OEQ, les autorités publiques n’ont pas, à ce jour, imposé de telles mesures concernant les services offerts par les ergothérapeutes du privé, sauf :
    • pour les personnes de plus de 70 ans qui doivent demeurer à domicile (à l’exception de cas de nécessité, par exemple se présenter à un rendez-vous médical important)
    • pour les citoyens de retour de voyage en isolement volontaire qui doivent demeurer à domicile et annuler tout rendez-vous médical non urgent.

Conséquemment, l’OEQ appelle les ergothérapeutes à maintenir les services à la population, lorsqu’il est possible de le faire, dans le respect des directives des autorités publiques.

Cependant, les dirigeants ou les professionnels de cliniques d’ergothérapie pourraient décider de prendre des mesures plus contraignantes selon leur situation et leur jugement professionnel.»

Les ergothérapeutes sont encouragés à respecter les consignes sanitaires émises par le gouvernement dans le cadre de leur emploi. Selon leur type de réalité clinique, il leur est encouragé d’évaluer le risque potentiel d’être un vecteur de contamination tant pour les clients que les employés et donc prendre les mesures nécessaires. Dans tous les cas, il est de la responsabilité de l’ergothérapeute d’évaluer l’impact d’une cessation de services sur la santé du client et sur les partenaires (Réseau public de la santé) et d’évaluer la possibilité de réponse d’urgence (ex: Téléréadaptation). Il est encouragé que les ergothérapeutes rassurent la population par leurs mesures préventives mises en place tout en précisant que le niveau de risque demeure faible.

Programme d’aide temporaire aux travailleurs

Le Gouvernement du Québec a mis en place un programme spéciale d’aide financière en lien avec le Covid-19.

Il y aura probablement des informations supplémentaires dans les prochains jours ou semaines concernant l’aide financière aux entreprises.

Communication de la CNESST

La CNESST souhaite que nous partageons ce message à nos membres:

«La CNESST encourage les travailleurs à poursuivre leurs traitements. Toutefois, si un travailleur souhaite ne pas aller à ses traitements par crainte de contamination au coronavirus, il ne sera pas forcé de les poursuivre. Il n’y aura dons pas de suspension de l’IRR. pour ces travailleurs.

Par ailleurs, la CNESST acceptera, lorsque la situation et la condition des travailleurs et les travailleuses s’y prêtent, que ceux-ci bénéficient de télétraitements ou de téléconsultations dans la mesure où celles-ci respectent les règles des ordres professionnels.»

——————————————————————————————————————–

Nous collaborons étroitement avec la Fédération des cliniques de physiothérapie du Québec pour transmettre un message commun. Nous avons donc principalement repris leurs orientations tout en spécifiant les caractéristiques propres à l’ergothérapie

Le 15 mars 2020

À la suite de la conférence de presse du gouvernement du Québec de ce dimanche 15 mars 2020, l’AQEPP souhaite vous informer de ses recommandations concernant les services offerts en ergothérapie.

Maintien des services en ergothérapie

Le gouvernement a annoncé la fermeture des lieux de rassemblements de loisirs jugés non essentiels où de nombreuses personnes peuvent se rassembler, tels que les bars, les gyms, les cinémas et ce, pour lutter contre la pandémie de coronarivus.

Les cliniques de réadaptation ne font pas partie des lieux visés par l’annonce de ce midi et à titre de lieu de santé, elles sont encore jugées comme nécessaires. L’AQEPP encourage de suivre les recommandations offertes par l’OEQ le vendredi 13 mars. 

Cependant, vos cliniques devront vivre dès demain matin, avec un besoin d’accommodation important pour vos employé.e.s et patient.e.s, notamment avec l’annonce de la fermeture des écoles et des services de garde.

Suspension des politiques d’annulation

Vous allez être confronté.e.s à des demandes d’annulation ou de report de rendez-vous de la part des patient.e.s : au regard de la situation actuelle, nous vous recommandons de suspendre temporairement vos politiques d’annulation.

Des mesures de distanciation dans les cliniques
Le gouvernement a recommandé aux restaurants de fonctionner, mais à 50 % de leur capacité pour distancer les client.e.s. Nous vous recommandons dès demain matin de mettre en place des mesures identiques dans vos cliniques, comme :

  • espacer les chaises dans votre salle d’attente (si possible, viser de pouvoir les distancer de minimalement 1 mètre entre chaque);
  • privilégier si possible le traitement de vos patients dans des salles fermées ou de limiter les contacts entre les clients.
  • favoriser le nettoyage et désinfection de façon régulière des équipements
  • aménager les horaires pour diminuer l’affluence des clients

Nous allons réitérer la possibilité d’avoir recours à la téléréadaptation avec nos partenaires publics et privés selon les recommandations déjà mentionnées par l’Ordre. Vous pouvez suivre les recommandations de l’OEQ et les lignes directrices de Télésanté.

Accepter ou non les enfants dans les cliniques
Avec la fermeture des établissements scolaires et des services de garde, nous sommes conscients que vos employé.e.s et patient.e.s doivent se réorganiser.

À l’ensemble de vos patients, nous vous recommandons de les informer qu’en premier lieu, vous déconseillez de venir à leurs traitements en compagnie de leurs enfants, et ce, dans un souci de protection de la santé publique et en lien avec les recommandations du gouvernement.

  • Si votre patient.e ne peut faire garder ses enfants, vous avez la possibilité, si cela est possible selon sa condition, de reporter le rendez-vous ou bien, de l’annuler.
  • Si le patient.e ne peut déplacer son rendez-vous et doit venir avec ses enfants, nous vous recommandons de le traiter en priorité dans une salle fermée. Vous pourriez aussi prioriser de n’avoir qu’un nombre limité d’enfants présents dans la clinique en même temps.

Dans tous les cas, les mesures d’hygiène comme le lavage des mains, demeurent une des premières mesures à appliquer en entrant et en sortant de la clinique. Cette mesure doit s’appliquer autant pour les patient.e.s que leurs accompagnant.e.s.

Documenter les absences dues au COVID-19

Le gouvernement annoncera dans les prochains jours des mesures économiques pour soutenir les PME. Nous allons suivre ces développements de manière quotidienne.

En attendant, afin de pouvoir documenter des pertes financières dues à l’annulation de rendez-vous ou absence d’employés à cause de la pandémie de COVID-19, nous vous conseillons fortement de coder spécifiquement les annulations de patient.e.s pour cette raison via votre logiciel de gestion, ou de le documenter via un autre moyen selon les outils que vous utilisez. Vous pourriez être plus à même de le démontrer avec des données documentées advenant les modalités à venir.

La SAAQ et la CNESST maintiennent les remboursements de traitements

Nous avons échangé dans les dernières 24 heures avec les responsables de la SAAQ et de la CNESST.

Les deux organisations nous ont confirmé en date du 14 mars qu’elles avaient transmises des directives à leurs directions régionales de poursuivre les traitements en ergothérapie.

La CNESST offre différentes réponses qui peuvent intéressées les personnes indemnisées comme les employeurs.

Pour la clientèle des 70 ans et plus

Il a été recommandé que cette clientèle reste en isolement afin de minimiser les risques.  En tant que bons citoyen.ne.s, nous ne recommanderons pas d’emblée à un client de plus de 70 ans de venir nous voir en traitement, par contre une analyse des pour et des contre doit être faite spécifiquement afin de prendre une décision.

Assurer la santé de vos employé.e.s et de vos patient.e.s

La situation actuelle concernant l’éclosion de la COVID 19 a été déclarée comme une pandémie par l’OMS. En tant que professionnel.le de la santé, mais aussi à titre d’employeur, l’AQEPP désire vous supporter. À titre de professionnel.le de santé, vos cliniques offrent un service important à la population québécoise. Nous vous proposons différentes mesures et outils pour vous soutenir à jouer ce rôle.

Recommandations concernant vos employé.e.s

Si l’un.e de vos employé.e.s revient d’un voyage à l’étranger, et ce quel que soit le pays de provenance, le gouvernement a mis en place des mesures pour limiter la propagation.

  • l’isolement volontaire de 14 jours de toutes les personnes qui, à compter du 12 mars 2020, reviennent de l’étranger ou présentent des symptômes similaires à la grippe ou au rhume.
  • l’isolement obligatoire de 14 jours pour tous les employés de la fonction publique et pour tout le personnel de la santé, de l’éducation et des services de garde, privés et publics, qui, à compter du 12 mars 2020, reviennent de l’étranger;
  • la prévention et le contrôle en milieu de soins lorsqu’une infection est suspectée ou confirmée.

Si l’un de vos employé.e.s prévoit un voyage dans les prochains jours ou semaines, la santé publique recommande fortement de l’annuler. Si le voyage était maintenu, la personne serait soumise aux mêmes conditions d’isolement.

Pour plus de renseignements, contactez le numéro d’urgence 1 877 644-4545.

Si le cas se présente, prenez le temps d’informer vos employé.e.s des limitations que leurs assurances collectives pourraient émettre quant à leur couverture. Vous pourriez leur fournir les coordonnées de votre responsable de police d’assurance.

Enfin, pour faire suite à l’annonce du gouvernement concernant la fermeture des écoles et service de garde jusqu’au 30 mars, à titre d’employeur, il n’y a aucune mesure actuelle pour accommoder les absences des employé.e.s. Nous vous recommandons d’analyser les situations directement avec vos employé.e.s.

Recommandations sanitaires

Les mesures d’hygiène doivent être rehaussées et nous vous recommandons, dans un souci de rassurer vos employé.e.s et vos patient.e.s, d’afficher clairement et à plusieurs endroits de vos cliniques, une affiche indiquant les mesures exceptionnelles que vous mettez en place. Le Gouvernement Canadien et le Gouvernement Québécois tiennent à jour les mesures exceptionnelles.

Pour vous aider, nous vous proposer d’utiliser cet outil :